UMAC's Digest #37
Par
Les sélections UMAC dans l'actu de la pop culture



-- DÉJÀ-VU --

Déception pour la mini-série Symmetry, disponible en un tome chez Panini Comics depuis avril dernier. 
Malgré la couverture prometteuse et le pitch alléchant, cette histoire futuriste propose tout ce qu'il y a de plus convenu et prévisible dans le monde de la science-fiction. La violence et la maladie ont disparu de la civilisation grâce aux robots (en gros) et cette nouvelle société est peuplée d'êtres asexués ; tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Suit un évènement qui va remettre en question le « héros » de cette bande dessinée écrite par Matt Hawkins et élégamment dessinée par Raffaele Ienco. Problème, impossible de s'attacher à qui que ce soit ni d'être réellement surpris par le déroulement de l'histoire tant tout a déjà été vu, que ce soit en comics, films ou jeux vidéo. 
Un pâle reflet symétrique en somme. On zappe.
#cen'estpasChrisPinesurlacover





-- FIN FRUSTRANTE --

Le vingtième et dernier tome du manga Billy Bat, la géniale série de Naoki Urasawa, est en vente chez Pika depuis début mai. 
L'auteur et dessinateur des indispensables Monster20th Century Boys et Pluto est toujours aidé par son acolyte Takashi Nagasaki au scénario pour cette conclusion (qui reste clairement la moins bonne de ses quatre œuvres phares). Difficile de résumer toute l'histoire de cette fresque jonglant entre les époques et empruntant aussi bien au récit dramatique, fantastique que complotiste. Seule certitude : la fin déçoit après la première lecture. 
On retrouve quelques personnages principaux qui ont fait le sel de la série, comme Kevin Goodman et Kevin Yamagata, les dessinateurs de l'autre série Billy Bat (nom de la chauve-souris détective héroïne d'une BD éponyme à l'énorme succès — à mi chemin entre Mickey Mouse et Batman — au cœur du manga). Depuis l'ellipse opérée après la disparition de Yamagata, la dense aventure (et sa myriade de protagonistes) était devenue un peu plus linéaire, moins compliquée à suivre, mais demeurait toujours obscure et l'ensemble s'avérait un chouilla moins palpitant. Cet ultime tome ne livre pas les réponses attendues mais nul doute qu'une relecture complète des vingt ouvrages permettra de mieux cerner l'ensemble et recomposer un puzzle globalement passionnant et très original, à défaut d'avoir été toujours plausible. 
#restequandmêmemieuxquelesproductionsactuelles





-- INCONTOURNABLE --

L'exposition L'Art de DC Comics - L'aube des super-héros se tient au Musée Art Ludique à Paris jusqu'au 10 septembre prochain. Elle propose des centaines de planches de comics (noir et blanc majoritairement mais certaines en couleur), des dessins de recherches et visuels pour les films DC ou encore des accessoires et costumes. 
Amoureux des comics et/ou des adaptations cinéma (des Superman de Richard Donner aux opus plus récents du DCEU en passant par les classiques de Burton et Nolan), cette exposition est indispensable ! Comptez deux bonnes heures pour tout admirer, lire et même écouter grâce à un audio-guide gratuitement mis à disposition. Thomas en parle un peu plus longuement sur son site et dévoile plusieurs photos alléchantes (ici). Attention, la boutique est peu fournie et les enfants risquent par contre de s'ennuyer un petit peu…
#pleinlesyeux





-- DÉDICACES --

Michel Koeniguer, dont on vous avait déjà parlé lors de la chronique consacrée au très bon Bomb Road, sera en dédicace le samedi 20 mai, de 15h00 (voire un peu avant) à 19h00, à la librairie Hisler BD de Metz.
L'auteur a à son actif des polars musclés, comme Brooklyn 62nd, et des récits de guerre faisant la part belle aux engins volants, magnifiquement représentés, comme dans Misty Mission, dont le tome 2 vient de sortir. N'hésitez pas à découvrir ses ouvrages, aux éditions Paquet. Et à aller rencontrer le bonhomme, au demeurant fort sympathique !
#AcesHigh




-- REVENANTS ENCOMBRANTS --

SyFy a diffusé récemment Odd Thomas contre les créatures de l'ombre, adaptation de la célèbre série de romans de Dean Koontz (cf. ce petit bilan sur l'auteur). Rappelons que le dénommé Odd est un jeune homme ayant le don de voir les morts. Ces derniers ne peuvent pas parler, mais ils se débrouillent en général pour lui filer quelques indications sur leurs meurtriers par exemple.
Nous avions déjà eu droit à une adaptation en manga (cf. cet article), pas trop mal, mais le film de Stephen Sommers s'en sort finalement bien mieux. Acteurs plutôt sympathiques (la jolie Addison Timlin en tête), narration au rythme soutenu, effets corrects et une bonne dose d'humour font de ce long métrage un honnête (bien qu'un peu naïf) et plaisant divertissement, parfois juste un poil trop prévisible.
Si vous l'avez raté, surveillez la grille des programmes, ça devrait être rediffusé assez rapidement et ça mérite d'être vu. Par contre, contrairement à ce que pourrait faire penser l'image ci-dessous, ne vous attendez pas à être terrorisé, ça reste très soft (et grand public).  
Notons que Odd Thomas est également sorti directement en vidéo à l'époque, tout comme Predestination et Defendor que l'on ne saurait que trop conseiller. 
#AttentionAuxBodachs




-- BASTON INFINIE --

Marvel vs Capcom : Infinite, sixième opus de la franchise, est annoncé pour septembre 2017 sur PS4, PC et Xbox One.
Le célèbre jeu de combat semble avoir pris un virage plus grand public, avec un gameplay plus accessible et une ambiance visuelle apparemment plus proche des films Marvel que des comics. Le système de jeu proposera une nouveauté : l'utilisation des Gemmes de l'Infini qui permettront de booster les pouvoirs des personnages.
Niveau casting, l'on peut citer Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Ultron, Rocket Raccoon, Hawkeye, Captain Marvel, Megaman, Ryu, Morrigan Aensland, Chun-Li, Strider Hiryu ou encore Chris Redfield.
Le jeu sera disponible en trois versions : standard, deluxe (avec un pack de personnages supplémentaires) et collector. Cette dernière version contiendra, en plus du pack, un diorama composé de quatre figurines (qui ont l'air sublimes) et d'un coffret avec les fameuses gemmes (illuminées en plus). Vous pouvez jeter un œil à l'ensemble sur l'image ci-dessous. En ce qui concerne le prix, cette version collector devrait taper dans les 200 euros. Alors oui, ça fait mal au cul, mais faut avouer que ça a de la gueule.  
#MMA