Keepers : fiction et faits réels
Par


Nous abordons aujourd'hui Keepers, un long-métrage inspiré d'une histoire vraie. Mais jusqu'à quel point ?

Keepers est un thriller de Kristoffer Nyholm, avec notamment Gérard Butler et Peter Mullan dans les rôles principaux. 
Le pitch de départ est plutôt alléchant : trois gardiens de phare partent pour une durée de six semaines sur un minuscule îlot au nord de l'Écosse. Une routine pesante s'installe jusqu'au jour où les trois hommes découvrent une petite embarcation échouée, un cadavre et un coffre. Après avoir un peu hésité, ils ouvrent le fameux coffre et tombent sur une petite fortune en lingots d'or. Une véritable aubaine. Sauf que, bien entendu, une somme aussi importante finit toujours par manquer à quelqu'un. Ainsi, deux types louches débarquent bientôt sur l'île, à la recherche de l'un de leur camarade. Pour les gardiens, c'est le début d'une suite d'événements catastrophiques.

Attachons-nous dans un premier temps au film en lui-même. Le cadre désolé ne manque pas de charme, le casting est bien trouvé, et l'on a droit à quelques scènes tendues (la découverte de l'embarcation, l'arrivée des inconnus sur l'île) pendant la première moitié du récit. La suite est bien moins bonne. Les auteurs, Joe Bone et Celyn Jones, ont opté pour un traitement assez... particulier de l'un des personnages, ce qui engendre une fin peu vraisemblable, très introspective et carrément mollassonne. 
Un peu dommage car l'on était tout de même bien parti. Impossible d'ailleurs de ne pas faire le parallèle avec l'excellent Un Plan Simple, de Sam Raimi (cf. cette Sélection UMAC). Si le cadre est très différent (une petite ville rurale du Minnesota), c'est en effet, sur le fond, exactement la même histoire : trois individus lambda tombent sur du fric qui ne leur appartient pas et vont devoir faire face à leurs dissensions internes ainsi qu'aux "légitimes" propriétaires dudit fric. Seulement, alors que Raimi (bien aidé par le scénario de Scott Smith, déjà auteur du roman éponyme A simple Plan) optait pour une mise en forme magistrale, s'attachant aux personnages et à leur involontaire descente aux enfers, Nyholm, lui, noie son intrigue dans des longueurs et des moments de silence qui peinent à donner du relief et de la profondeur à une intrigue qui s'essouffle vite et contient son lot, sinon d'incohérences, du moins d'invraisemblances. Le traitement des personnages n'est guère meilleur, leurs états d'âme (surtout exagérés et mal amenés) ne suffisant pas à leur conférer une épaisseur indispensable.

Comment ça s'allume ce truc ? Je t'assure, sur la notice, ça avait l'air plus simple.


Bon, un film qui partait bien et se révèle un peu décevant, rien d'extraordinaire là-dedans. Sauf qu'ici, puisque l'on a vu le fameux "inspiré de faits réels" au début du générique, l'on peut être enclin à "pardonner" leurs égarements aux scénaristes, ceux-ci ne suivant finalement que la trame du fait divers dont ils s'inspirent. Sauf que, comme nous allons le voir, nous sommes très loin d'une histoire vraie. Du moins, le point de départ l'est, puisqu'il s'agit de la disparition, totalement inexpliquée, de Thomas Marshall, James Ducat et Donald MacArthur

Ah, on va être bien là, tranquilles pendant six semaines...
Les trois hommes font partie d'une équipe de quatre gardiens, engagés pour s'occuper de la maintenance du phare situé sur Eilean Mor, un îlot faisant partie des îles Flannan, situées au large de la côte nord-ouest de l'Écosse. Trois hommes restent en permanence sur l'île. Toutes les six semaines, l'un d'entre-eux est relevé par son quatrième collègue et peut donc retourner chez lui pour deux semaines. Tout se passe bien la première année, mais le 15 décembre 1900, le phare cesse de fonctionner. Un navire signale ce dysfonctionnement et une équipe est dépêchée sur place (il faut dire que la zone est très dangereuse pour la navigation). 

Arrivés sur les lieux, les secours constatent que les gardiens ont tout simplement disparu. Les restes d'un repas entamé sont trouvés dans la cuisine, quelques effets personnels (cirés et bottes) manquent à l'appel, et... c'est tout. L'enquête ne donnera rien et 120 ans après, le mystère reste entier. Il a d'ailleurs donné lieu à moult théories, des plus sensées (une vague massive emportant les hommes s'affairant sur l'embarcadère) aux plus farfelues (des créatures surnaturelles enlevant les pauvres bougres). 
Autre possibilité : l'un des types devient fou, il bute les deux autres et se suicide. Vu le côté fun du lieu, ce n'est pas difficile d'imaginer que l'on puisse péter une durite après des semaines d'isolement sur un rocher sinistre balayé par les vents et la pluie. Mais sur place, aucune trace de sang ou de violence ne permettra d'étayer cette hypothèse. 

On le voit, la partie "réelle" de l'intrigue est donc, comme souvent dans ce genre de cas, minime. Les scénaristes avaient donc toute la marge de manœuvre nécessaire pour expliquer cette disparition subite. Malheureusement, leurs choix s'avèrent peu crédibles, décevants, voire même par moment maladroits.
Au-delà de la critique pure de ce long-métrage, ces imperfections permettent aussi de conforter la théorie (longuement développée dans ce dossier) affirmant que l'idée de départ d'un récit n'a pas grande importance et que seule la mise en forme de l'intrigue va en faire une bonne ou, au contraire, une mauvaise histoire. La différence entre Un Plan Simple, véritable chef-d'oeuvre d'écriture, et Keepers, poussif et sans lyrisme ni profondeur, permet de constater le gouffre qui sépare les auteurs ayant une parfaite maîtrise technique de leur art de ceux qui ne se rendent même pas compte de leurs tares. 

Vous l'aurez compris, si vous voulez passer un bon moment, on vous conseille plutôt le film de Raimi qui, bien que très éloigné question décors et personnages, exploite parfaitement les ressorts d'une idée de base identique.  

Et voilà le lieu réel. Bon question bars, cinémas, boutiques, on va pas se mentir, c'est le strict minimum.
En même temps, on est en 1900, donc entre ce qui n'existe pas encore et ce que tu n'as pas les moyens de te payer, 
franchement, qu'est-ce qui pourrait te manquer ?



+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Le cadre, sinistre mais impressionnant.
  • Quelques scènes tendues et plutôt bien fichues.
  • Le casting. 


  • Des longueurs et silences qui échouent à apporter la profondeur qu'ils étaient censés amener.
  • Quelques facilités ou invraisemblances.
  • Un suspense qui, au lieu de monter crescendo, va en s’affaiblissant.
  • L'alibi "histoire vraie", clairement abusif dans ce cas précis. 
La Révolution : bilan de la Saison 1
Par


On vous avait parlé, le mois dernier, de la série Netflix La Révolution, dont la bande-annonce était plus que prometteuse, il est maintenant temps de dresser le bilan de ces 8 épisodes.

Tout d'abord, il faut reconnaître que les points forts que l'on pouvait deviner en visionnant la bande-annonce sont bel et bien là. Les décors sont fort beaux, la photographie est très soignée, la bande-son est plutôt pas mal également. Bref, d'un point de vue formel, non seulement c'est réussi, mais c'est même d'une qualité rare pour une série française.  
Les principales critiques, notamment de la presse, portent plus sur le scénario en lui-même. Qui n'est pas parfait mais possède tout de même quelques qualités. Mais voyons déjà plus en détail le pitch de cette saga fantastico-historique.

Quelques années avant la Révolution, le meurtre atroce d'une jeune femme déclenche, dans un lointain comté, l'ire de la populace et l'enquête d'un médecin, Joseph Guillotin. Ce dernier découvre bientôt l'existence d'une maladie encore inconnue, le "sang bleu", dont les effets sont ravageurs. Les personnes atteintes... décèdent, puis reviennent à la vie en bénéficiant d'une force accrue, de sens plus aiguisés, elles sont même plus ou moins immortelles, mais elles éprouvent aussi une faim insatiable (et difficilement contrôlable) de chair humaine. Seule manière d'éliminer ces morts-vivants : leur couper la tête. 
Le virus se répand dans l'aristocratie locale, transformant les nobles en monstres assoiffés de sang. Monstres qui vont être combattus par la Fraternité, un petit groupe de résistants qui pourrait bien faire trembler les bases du royaume.

Voilà l'histoire dans les grandes lignes. La trame principale s'attache à une poignée de personnages, dont les Montargis, qui dissimulent pas mal de secrets, ou encore ce fameux médecin, un peu fadasse. Tout n'est pas totalement abouti dans le développement du récit. Certaines scènes sont très téléphonées et accumulent les clichés, et l'intrigue met du temps à décoller et se révèle même quelque peu obscure dans les premiers épisodes. On peut même parler parfois de légères incohérences, ce qui n'aide pas non plus. Mais, au-delà de ça, tout n'est pas à jeter, loin de là.



Tout d'abord, les critiques sur l'aspect purement historique n'ont pas lieu d'être, nous sommes ici dans une uchronie, pas une fiction qui s'attache à réellement représenter la réalité de cette époque [1]. Ensuite, les auteurs, Aurélien Molas, Gaïa Guasti, Sabine Dabadie et Hamid Hlioua, mettent en place une gigantesque métaphore zombiesque certes un peu facile mais pas totalement idiote. Les divers éléments, même s'ils renvoient grossièrement à des symboles bien connus (le sang bleu, la Fraternité, les décapitations ou encore le drapeau tricolore), permettent d'enraciner cette saga horrifique dans une Histoire fantasmée et familière.
Qu'il y ait des maladresses au niveau de l'écriture, des longueurs, des scènes ratées, c'est indéniable, mais l'ensemble se laisse voir et tient en haleine, notamment grâce à certains plans élégants, quelques envolées lyriques ou une violence relativement esthétisée. 

Surtout, mine de rien, La Révolution invente un nouveau type de morts-vivants, entre le zombie classique et le contaminé à la 28 Jours plus tard. Les Sangs-Bleus ont un aspect physique à peu près normal, ils conservent leur intelligence (ou leur absence d'intelligence dans le cas de Donatien), mais ils s'avèrent bien monstrueux et inquiétants. 
Enfin, la scène finale, dévoilant un roi sinistre et flippant, donne clairement envie de voir la suite, ces huit épisodes n'étant finalement qu'une longue introduction.

Dans tous les cas, on est devant un gigantesque bond en avant qualitatif pour la fiction française (au moins sur la forme, le fond restant à travailler sans pour autant être honteux). Du coup, l'on a du mal à comprendre les critiques souvent très vives qui ont plu sur cette série, parfois dès la bande-annonce. Il est clair qu'en France, tout ce qui est SF, fantastique, heroic-fantasy, épouvante, on ne sait pas faire. Il suffit pour s'en convaincre de voir les rares tentatives récentes au cinéma, de Seuls, blindé d'absurdités, à l'encore plus creux Grave. La Révolution n'a heureusement pas ce genre de défauts, ou en tout cas, ils ne sont pas aussi nombreux et prononcés. Il s'agit donc d'une évolution louable, que l'on peut encourager sans rougir. Quand on voit de quoi l'on part, entre un Camping Machin, une Joséphine, Ange-Gardien, ou les conneries de cet acabit, difficile de ne pas applaudir des deux mains quand des auteurs tentent de sortir la fiction françaises des ornières "comiques" ou "polar" (voire pire, "dramatiques" [2]), dans lesquelles elle est engluée jusqu'aux coudes depuis des décennies. 

La Révolution est une série ambitieuse, au titre peut-être prophétique si elle parvient à encourager des projets innovants et originaux qui pourraient devenir le trait d'union manquant entre l'originalité, mais le manque de moyens criant, des projets issus du net et les productions plus professionnelles, qui ont perdu l'habitude, pourtant inhérente à leur activité, de prendre de réels risques.



[1] Les armes à feu de l'époque n'ont évidemment pas la précision d'un fusil de sniper moderne, comme on peut le voir dans certaines scènes, mais dans le contexte, ces étranges pétoires "upgradées" passent pour un élément uchronique de plus. On est loin des inepties de The Walking Dead, quand les personnages se protègent de tirs nourris de fusils d'assaut derrière de la tôle ondulée ou une portière de voiture. 
[2] Entendre par là les films parisianistes et égocentrés (dits) d'auteurs, à l'intrigue inexistante et au casting dépressif. 



+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Clairement soigné d'un point de vue esthétique et formel.
  • Une approche originale.
  • Un casting dans l'ensemble très réussi.
  • Quelques scènes inspirées et au lyrisme certain.
  • Proprement ahurissant (pour une série française) en ce qui concerne la qualité de la mise en scène.


  • Une écriture parfois maladroite.
  • Nombreux clichés et scènes prévisibles.
  • Quelques longueurs malgré pourtant le faible nombre d'épisodes.
  • Joseph Guillotin, assez terne et sans charisme.
  • Une première saison qui n'est finalement qu'une longue introduction.
Un Chat dans le Culte #2
Par

Hey les matous ! Ça ronronne dans les gouttières ?
Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous conseille le premier Chat dans le Culte. Et sinon, on passe tout de suite au sujet principal, avec une comédie mythique.
Miaw !

La Chèvre
Deuxième film de Francis Veber en tant que réalisateur (après Le Jouet), La Chèvre sort en 1981 et va devenir l'une des grandes comédies culte du cinéma français. Elle met en scène le personnage de François Perrin (Le grand blond avec une chaussure noire, On aura tout vu...), une variante de François Pignon (L'emmerdeur, Les compères, Les fugitifsLe dîner de cons...). À noter que François Perrin/Pignon n'est pas un même protagoniste vivant différentes aventures, mais bien une sorte d'archétype de personnage lunaire, naïf, maladroit, voire parfois un peu benêt.

Ça raconte quoi ?
La fille du PDG d'une grande entreprise disparaît alors qu'elle est en vacances au Mexique. Son père a beau tout tenter pour retrouver sa trace, rien n'y fait. L'un de ses employés a alors l'idée de lui présenter François Perrin, un individu particulièrement malchanceux. Or, la jeune fille disparue a la particularité d'être elle aussi une incroyable poissarde. La théorie étant que deux malchanceux chroniques vont se prendre les mêmes portes dans la figure, trébucher sur les mêmes obstacles, et donc avoir un parcours similaire. Désespéré, le PDG accepte de tenter cette mission de la dernière chance. Il engage Perrin en lui faisant croire que, grâce à son bon sens et son flair, il est en charge de retrouver sa fille. En réalité, il doit servir d'appât, de "chèvre", et Campana, un véritable détective privé, expérimenté et bourru, se charge de l'accompagner pour vérifier les résultats de cette improbable expérience.

Ça fonctionne comment ?
L'on est ici sur du très classique, à savoir l'opposition de deux personnages foncièrement différents, obligés de coopérer et de se supporter. C'est ce que l'on peut retrouver déjà dans La Grande Vadrouille, avec le gentil et naïf Bourvil et le plus dirigiste et colérique De Funès. Mais, ce n'est pas tout. Ici, le duo ne fonctionne pas seulement sur sa disparité mais également sur sa relation asymétrique, l'un en sachant plus que l'autre. Principe que l'on retrouvera, bien plus tard, dans L'Opération Corned Beef, alors que Jean Reno est obligé de supporter le pontifiant Clavier qui ne comprend rien à la situation. Le fait que Campana sache réellement les raisons pour lesquelles Perrin a été engagé participe bien entendu aux ressorts comiques. Enfin, dernier point, Perrin est ici particulièrement sûr de lui. Loin du Pignon du Dîner de Cons, qui se rend compte qu'il gêne ou que l'on se moque de lui et est conscient de ses limites, de ses défauts, Perrin, dans La Chèvre, est suffisamment niais pour se prendre au sérieux, pérorer et même sermonner un Campana pourtant bien plus efficace que lui.

Pourquoi c'est encore bon aujourd'hui ?
Là encore, pas de surprises : casting béton, avec un Pierre Richard et un Gérard Depardieu excellents dans leur propre registre, et surtout une écriture (de Veber, qui signe le scénario également) à la hauteur, avec un nombre de gags (et de gags efficaces !) qui devrait faire rougir les scribouilleux poussifs qui écrivent la plupart des "comédies" françaises actuelles. Le film dure seulement 1h35, ce qui n'est pas énorme (La Grande Vadrouille ou L'Opération Corned Beef, cités plus haut, durent respectivement 2h12 et 1h45), pourtant, il est tellement dense que l'on n'a aucunement l'impression qu'il est si bref. Et, fait rare, les situations comiques perdurent jusqu'à la fin, sans forcément cet emballement qui vire au burlesque et que la plupart des auteurs ou réalisateurs se croient forcés d'employer pour donner un effet de crescendo qui, bien souvent, rend le récit absurde.

La petite anecdote en sus
À l'origine, c'était Lino Ventura et Jacques Villeret qui étaient pressentis pour incarner Campana et Perrin, mais Ventura n'aurait apparemment pas été d'accord sur le choix de son collègue. Quand Depardieu est arrivé sur le projet, il a émis le souhait d'interpréter... Perrin. Veber ayant refusé, l'acteur s'est montré particulièrement insupportable durant le tournage. Enfin, selon la légende, parce qu'en réalité, Depardieu, aussi talentueux qu'il soit, c'est le genre à être chiant tout le temps, de base. Un type qui te pète dessus et qui trouve ça drôle, ça donne plus envie de lui mettre un coup de pied au cul qu'un César entre les mains.




Perrin, s'adressant à Campana, puis à un type qui l'a traité d'abruti, puis de nouveau à Campana, sous la plume de Francis Veber.


— Il m'a traité d'abruti, c'est une affaire entre lui et moi, je vous demande de ne pas intervenir. Vous m'avez traité d'abruti ?
— Oui.
— Je pratique les arts martiaux : judo, aïkido, karaté. La première chose qu'on nous apprend, c'est le contrôle. Un type me traite d'abruti, je ne cogne pas, je le regarde et je m'en vais.
— Et ben tire-toi alors.
— Hmf. Vous avez de la chance. Allez, prenez ce chariot et filez. Hmf... vous avez de la chance.
— Gros connard.
— Haha... vous avez de la chance...
— Pédé.
— Ffffiouuu. Je suis arrivé à un contrôle total, en route ! Pardonnez-moi cette démonstration de force, mais j'ai horreur qu'on me marche sur les pieds.



En parlant de prof...
Par

On a tous connu un enseignant qui nous a marqué. En bien. Oh, bien entendu, on en a connu aussi de moins bons, de plus maladroits, m'enfin, j'avais envie aujourd'hui de mettre en avant les bons côtés de cette profession.

Au primaire, en CM2 précisément (début des années 80), je suis tombé dans la classe du directeur de l'école. Un "maître" à l'ancienne, imposant, strict, mais juste et ô combien doué pour l'enseignement. Il se nommait (et se nomme toujours) André Maljean. 
Cet homme, véritable hussard droit dans ses bottes, avait une mission et s'en acquittait dignement. Bien sûr, nous abordions différentes matières, c'est là le rôle de l'instituteur d'être polyvalent. Mais ce qui me passionnait le plus à l'époque, c'était l'Histoire. Et je crois que c'était aussi ce qui passionnait le plus monsieur Maljean. Au point qu'il a d'ailleurs fini par écrire un livre sur l'histoire de la commune dont il a même été maire. 

C'était le vendredi après-midi. Pendant la deuxième partie du cours, il fallait "gratter" la leçon que l'on aurait à apprendre le week-end. Ça, ça ne m'enchantait pas. Mais la première partie était... fantastique.
Le maître commençait par installer l'une de ces vieilles cartes scolaires (qui ont dû jouer un rôle dans mon intérêt pour les wargames). Puis, il se mettait à nous raconter l'épopée napoléonienne. Des batailles incroyables, des retournements de situation, des coups de Trafalgar (au sens propre et figuré), des intrigues politiques dignes de Game of Thrones... je regardais ça comme un spectacle, fasciné par ces armées anciennes qui s'affrontaient sur des cartes Rossignol ou Vidal-Lablache, bercé par la voix envoûtante d'un passionné qui n'a probablement pas été étranger à ma vocation de conteur.

Même si l'éducation a changé, même si le monde a changé, je sais, pour compter quelques professeurs parmi mes amis (dont certains écrivent sur UMAC), que la passion véritable est encore là. Et si certains vont dans leur classe en traînant les pieds, d'autres ont encore à cœur d'accomplir la mission qui est la leur. Instruire. Élever les consciences. Donner des clés non pour imposer des idées mais pour pouvoir les comparer, les analyser, les réfuter s'il le faut. Faire naître de l'intérêt également, si ce n'est des passions. Transmettre des outils précieux. 

Je n'ai jamais songé à devenir enseignant moi-même. Je ne suis pas suffisamment altruiste. Je ne suis pas suffisamment patient. Je ne suis pas suffisamment optimiste. Mais je crois qu'il est bon qu'il y ait encore, ici, à notre époque, ce genre d'individus, prêts à affronter une classe entière de gamins venus de tout horizon, et pas forcément enclins à écouter patiemment une leçon dont ils ne perçoivent pas toujours l'intérêt. Ce rôle, dans une société mouvante comme la nôtre, est crucial. Parce que ne pas éduquer nos enfants, c'est prendre le risque d'affronter demain des imbéciles. Dangereux, comme le sont tous les ignorants (comment craindre de perdre ce que l'on ne connaît pas ?). Ou prendre le risque qu'ils suivent, par manque de réflexion, des assassins. Qui tuent pour un dessin. 

Hier, un professeur d'Histoire a été décapité parce qu'il avait abordé, dans l'un de ses cours, la liberté d'expression. Je me demande ce que ce brave et essentiel monsieur Maljean nous aurait dit, à nous, encore gamins, le lundi suivant. Il aurait sans doute trouvé les mots pour nous expliquer les enjeux de cette guerre qui ne dit pas son nom. Il nous aurait parlé de la folie de ce monde, cachée par le côté apaisant et mensonger de la novlangue. Avec ses mots à lui, adaptés aux enfants que nous étions, il aurait évoqué l'atrocité d'un crime inutile, abjecte et lâche. 

Mais je ne suis plus à l'école. Le CM2 est loin. Le collège et le lycée aussi. 
Il n'y a plus de cartes colorées, aux frontières bien définies. Plus d'armées parcourant des milliers de kilomètres à pied pour s'affronter dans la froideur de l'hiver russe. Les slogans ont remplacé les étendards. Les crétins à peine pubères ont pris la place des uhlans. Et dans nos villes modernes, les professeurs vivent l'Histoire au lieu de la raconter. Ils laissent du sang sur les trottoirs et un goût amer sur des cahiers dont les pages risquent bien d'être éternellement blanches... ou au moins tronquées.

Un enseignement qui n'enseigne pas à se poser des questions est mauvais.
Paul Valéry



Ces quelques mots sont respectueusement dédiés à la mémoire de Samuel Paty.
La rédaction d'UMAC adresse son soutien et ses meilleures pensées à sa famille et ses proches.  

La Fin des Irin
Par



La Fin des Irin
est un web-comic, premier tome d'une trilogie suivant un conflit entre deux frères extraterrestres qui ont jadis fait de la Terre une réserve d'esclaves, jusqu'à ce que la variole fasse fuir ces "dieux" de la planète bleue.

L'on rencontre alors Anahita, une jeune femme atteinte d'une maladie rare, qui se révèle être une Irin, métisse entre un humain et l'une de ces divinités venues d'ailleurs. Avec l'aide de Satan, un autre Irin âgé de plusieurs millénaires, elle va découvrir les secrets qui planent sur son origine et va devoir faire la lumière sur un ancien mystère afin de rétablir la vérité au sujet de son père et de sa lignée.

L'histoire qui commence dans un décor que l'on pourrait croire à la croisée des monde de Conan le Barbare et de Stargate provient de l'imagination de Rob McMillan, tandis que les dessins sont l’œuvre de Wouter Gort.
Sur le plan graphique la BD bénéficie de décors variés, de dessins très jolis, voire envoûtants, et de quelques planches à la mise en scène tout à fait réussie. Les premiers moments sont marqués par des scènes violentes qui hanteront les esprits les plus sensibles mais qui trouvent par la suite un contexte qui justifie pleinement les effusions de sang.

Le texte est ponctué d'articles du codex que l'on peut trouver à la fin de certaines pages et ajoute un côté science-fiction "dure" au travers de diverses explications au ton scientifique. Cet aspect Hard SF est justement appuyé par des schémas de molécules et d'appareils que l'on croise au détour des planches.

Ce récit se lit très bien si l'on met de côté le texte dense que l'on peut trouver hors bulles sur quelques écrans. La narration alterne entre passages prenant place dans le passé et le présent et se mêle avec aisance aux dialogues et aux souvenirs des personnages.

La thématique religieuse est naturellement très présente et se retrouve autant dans les dialogues que dans les illustrations, nous laissant nous demander si les créatures que nous rencontrons sont de vrais dieux ou de simples aliens extrêmement avancés sur le plan technologique. Les éléments de l'histoire sont évoqués sans lourdeur pour familiariser le lecteur avec un univers très riche que l'on peut découvrir avec plus de précisions dans les appendices présents sur le site officiel, où l'on peut bien sûr lire également le premier volume de cette saga. 

Ajoutons que les personnages sont tous bien caractérisés et paraissent parfaitement vraisemblables malgré une héroïne principale qui aura sans doute besoin d'un second volume pour se développer et devenir aussi attachante que certains autres protagonistes.

Un web-comic qui témoigne du savoir-faire de ses auteurs au travers d'une histoire bien construite, dont on a envie de connaître le dénouement.



+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Belle mise en scène.
  • Personnages bien écrits.
  • Un côté Hard SF intéressant.

  • Une héroïne à qui il manque un petit quelque chose.