Avant-Première : Descender
Par
Odyssée spatiale, robots très humains et catastrophes galactiques sont au menu de Descender, dont le premier tome sortira en janvier 2016 chez Urban Comics.

Décidément, en ce moment, l'on parle beaucoup d'espace et d'extraterrestres. Après l'excellent Trees et la beaucoup moins bonne Exoconférence, on continue dans la science-fiction avec Descender, une série Image Comics, écrite par Jeff Lemire et dessinée par Dustin Nguyen.

Tout commence alors que les neuf planètes majeures du Conglomérat Galactique Unifié (ou CGU) sont menacées : d'immenses robots viennent d'apparaître non loin de chacune d'elles. Bientôt, ceux-ci passent à l'attaque, causant un épouvantable massacre et précipitant le CGU dans le chaos le plus total.
Dix ans après, un jeune robot de compagnie, Tim-21, s'éveille sur une petite colonie minière désertée. Bien qu'il l'ignore encore, il va bientôt faire l'objet d'une attention toute particulière. Son codex pourrait en effet contenir des explications sur cette menace qui pèse encore sur l'humanité et les autres espèces du monde connu.
Mais il ne fait pas bon être un robot de nos jours. Après les massacres survenus une décennie plus tôt, des factions anti-bots se sont mises à exterminer les machines...


Difficile d'expliquer en un petit pitch la richesse et la profondeur de Descender. Car il s'agit tout bonnement d'une excellente série, mature, touchante et pleine de surprises.
L'aspect visuel est particulièrement soigné, que ce soit pour les vaisseaux, les décors ou le look des différents protagonistes. Le style graphique et les fort belles couleurs à l'aquarelle donnent vraiment un charme indéniable aux six épisodes de ce premier arc. La froideur ou l'aspect immémorial de certains lieux sont également très bien rendus.

L'histoire est, quant à elle, une pure merveille de maîtrise narrative.
Lemire installe un univers futuriste cohérent et nous plonge rapidement dans ses méandres. La mystérieuse apparition des Moissonneurs et la menace qu'ils font peser constituent le fil rouge du récit tandis que les personnages principaux sont peu à peu développés, l'auteur nous révélant leur passé et leurs secrets. Tous sont d'ailleurs plus complexes qu'il n'y paraît au premier abord.


L'intelligence (limitée ou non) des robots en fait des personnages d'une grande richesse, dont l'auteur se sert pour habilement critiquer les comportements humains (qui vont d'un simple mensonge à des "botgroms" organisés).
Du brave et rustique Foreur au plus doux et empathique Tim, les machines reflètent nos traits de caractère les plus sympathiques comme nos tares les plus détestables et sont ainsi parfaitement humanisées (il n'est pas rare de trembler pour l'un des robots, ou au moins de ne pas être insensible à son sort).

Le sujet par moment peut faire penser au AI de Spielberg, mais le scénariste évite heureusement le côté larmoyant et nunuche du film. Comme dans toute bonne histoire, le dosage entre les différents éléments (action, émotion, etc.) s'avère d'ailleurs parfait.
Ce premier volume est loin évidemment de tout éclaircir mais il apporte son lot de révélations et de moments forts (que ce soit une scène de torture impressionnante ou des souvenirs attendrissants). Une fois le nez dedans, on ne décolle plus de cette intrigue passionnante et de ce monde à la fois très évolué mais en totale perdition.


Et, cerise sur le bidon d'huile, ces 152 pages seront disponibles pour seulement 10 euros.
Du tout bon !
Sortie (à ne pas rater) le 29 janvier 2016.



+ Les points positifs - Les points négatifs
  • De magnifiques planches.
  • D'excellents personnages.
  • Un univers intéressant et crédible.
  • Une émotion réelle qui ne tombe pas dans le larmoyant.
  • Une grande maîtrise narrative.
  • Un tout petit prix.

  • Il vous faudra attendre encore trois bons mois. ;o)