UMAC - évolution
Par


Comme vous avez pu le remarquer, UMAC a beaucoup évolué ces derniers mois. Il nous a semblé qu’un petit point s’imposait pour expliquer la nouvelle orientation du site et de sa ligne éditoriale.

Tout d’abord, ça ne vous aura pas échappé, le plus grand changement reste notre « déménagement ». Cela a causé pas mal de soucis techniques à Tryixie, et nous avons perdu en route quelques points de référencement et un peu de fréquentation, mais c’était indispensable.
Cette refonte complète nous permet de mettre en ligne des articles plus lisibles, de disposer d’outils utiles et d’une mise en page plus claire.

Au niveau de l’aspect du site, les rubriques, notamment, ont été très largement réduites par rapport à la précédente version d’UMAC, ce qui permet de trouver plus simplement ce qui relève des différents domaines de la pop culture.

En ce qui concerne la ligne éditoriale, nous avons maintenant une rubrique News, appelée UMAC’s Digest, qui évoquera rapidement certains sujets sans pour autant multiplier artificiellement le nombre d’articles. Tout ce que nous ne voulons ou pouvons évoquer plus longuement sera regroupé dans ces UMAC’s Digest, abordant aussi bien la télévision que la musique ou les jeux vidéo (à notre façon bien sûr).

Autre nouveauté, les Bad Fucking Resolves, des pastilles humoristiques qui viendront apporter un regard un peu décalé sur nos centres d’intérêt. Notre mascotte, Virgul, viendra souvent y pointer son nez. ;o)

Nous le faisions déjà souvent, mais nous continuerons à nous pencher sur des domaines très divers, comme les romans, les séries TV ou les évènements particuliers (à ce sujet, l’un de nos rédacteurs était présent à la FACTS, en Belgique, et nous a fait un compte-rendu très complet).

Enfin, un élément auquel je tiens particulièrement : la rubrique Science.
Cela demande quelques explications je pense.
Nous n’avons nullement l’intention de jouer aux profs ou de concurrencer des sites scientifiques pointus, simplement, nous pensons que la science, très mal enseignée dans notre pays, est un domaine relevant du merveilleux. Au sens strict.
Comprendre ce que signifie la relativité, découvrir les distances incommensurables qui nous séparent de la plus proche étoile, aborder l’hypothèse extraterrestre, tenter de saisir les concepts effarants qui sont au cœur de la mécanique quantique ou tout simplement admirer une photo d’une planète lointaine ou d’une nébuleuse, voilà qui nous parait être au centre de ce que nous appelons la pop culture. Non une culture au rabais, mais une culture abordable, non-snob, présentée pour intéresser le plus grand nombre. Une culture fascinante qui donne envie de lire, d’apprendre et élève l’individu. Une culture non-clivante, qui enivre, qui ne diminue nullement en valeur lorsqu’elle est massivement partagée.
C’est cela que nous allons, peut-être maladroitement, mais dans la continuité des « passerelles » (entre culture institutionnelle et pop culture) que nous avons toujours voulu mettre en place, aborder et défendre.


Des dessins, de la science, des news, des chroniques toujours argumentées et sans concessions, des coups de pied au cul, des cris de bonheur quand nous sommes transportés par des chefs-d'œuvre, voilà le menu que nous vous proposons pour l’avenir. Peut-être même, puisque nous en sommes à notre dixième saison, pour les 10 ans à venir, qui sait ? ;o)

Et, d'ici quelques minutes, l'on poursuit avec un bilan de Spider-Verse et de l'évolution du Tisseur.
Évoquer le tardigrade et l'Araignée, dans un même lieu, c'est un pari risqué, mais un pari qui nous semble vachement bandant.