Cette étrange nostalgie venue des Étoiles...
Par


À la fin des années 70, une vague bien particulière de dessins animés (et même de séries) déferle sur la Gaule. Vague qui d’ailleurs continuera durant les années 80. Le point commun de ces récits ? L’espace, ses mystères et ses dangers…

Tout commence, pour bien des enfants de l’époque, par Goldorak, cet incroyable « robot des temps nouveaux ». La série raconte l’histoire d’Actarus, exilé d’une planète lointaine et venu défendre la Terre contre la menace des forces de Véga. C’est l’heure (déjà) des premières polémiques sur la violence dans les DA destinés aux enfants. Loin de n’être qu’une suite de combats, Goldorak va pourtant se révéler non seulement porteur d’un message écologique très en avance sur son temps, mais aussi accumuler régulièrement les scènes émouvantes, souvent d’une profondeur rare. En effet, évitant l'écueil d'un affrontement qui ne serait que manichéen, la série va mettre en scène des personnages étonnants, qui se sacrifient par sens du devoir, regrettent leurs erreurs ou encore changent de camps. Les morts poignantes se succèdent, embellies par une bande son extraordinaire et très loin de se limiter au(x) seul(s) générique(s).

Dans cette fin de décennie, qui annonce des années 80 très « colorées » et optimistes, le futur est encore synonyme de progrès, sinon moral, au moins technologique. Les auteurs imaginent la conquête spatiale de demain et font rêver des enfants naïfs dont le regard se lève vers les étoiles avec envie et une pointe de frissons.
Galactica (ou Battlestar Galactica 1978), une série américaine cette fois, dévoile des humains errant à la recherche de la mythique 13e colonie, établie sur la Terre. Là encore, il luttent contre des ennemis extraterrestres, appelés Cylons (des robots créés par des… reptiliens). Les héros principaux, le capitaine Apollo (interprété par Richard Hatch) et le lieutenant Starbuck (joué par Dirk Benedict), sont charismatiques et portent des uniformes beige et brun, du plus bel effet, qui ont un petit côté « western » et apportent une touche de réalisme (on n’est pas dans le clinquant ou le pyjama flashy à la Star Trek). Les vaisseaux, le Viper en tête, sont également fort bien fichus. Comment ne pas tomber sous le charme de cette saga qui, d’ailleurs, deviendra culte et connaîtra une suite ?




Digne successeur de Goldorak dans Récré A2, Albator s’éloigne des dessins animés gentillets avec une approche sombre et quelque peu angoissante. En 2977, un gouvernement mondial contrôle et anesthésie la population grâce à « l’abrutisseur mondio-visuel » (la télé et les réseaux sociaux avant l’heure en somme). Mais un jour, une menace extraterrestre survient. Les Sylvidres, des créatures végétales d’apparence féminine, semblent avoir des vues sur notre monde. Le gouvernement, dépassé, met rapidement leurs exactions sur le compte du capitaine Albator, un corsaire de l’espace qui, au contraire, fait tout pour combattre ces envahisseurs. 
L’atmosphère était très particulière, à la fois désenchantée et pessimiste, ce qui rendait la série fascinante (et effrayante, mais je parle ici de ces frissons anodins et volontairement recherchés et appréciés, personne n’était traumatisé, à l’époque, par un peu d’imaginaire…).

Il n’est pas possible de faire l'impasse sur San Ku Kai, une autre série au générique (français) inoubliable (les paroles sont de Didier Barbelivien, la musique d’Éric Charden), qui était très axée, là encore, sur la castagne et les arts martiaux. Il n’est plus vraiment question ici de la Terre, les humains ayant colonisé de nombreux autres systèmes. C’est d’ailleurs l’un deux, le quinzième système, qui va être la proie des Stressos (quel nom de merde !). Et oui, car comme le chante Charden, « là-haut, dans l’espace, quelqu’un nous regarde ». Et visiblement, ce quelqu’un a décidé de s’installer dans le salon à grands coups de mawashi geri. Inutile de dire que les cours de récréation de l’époque ont connu bien des remakes de ces combats épiques.

Mais la série qui m’a probablement le plus marqué, après Goldorak, fut Ulysse 31. Seulement 26 épisodes pourtant, mais quelle formidable déclinaison de l’Odyssée ! 
Ulysse, à la tête du vaisseau Odysseus, va bien involontairement offenser les dieux. Ceux-ci le condamnent à errer à travers l’espace, à la recherche de la Terre, alors que son équipage est presque entièrement placé dans un état léthargique. Ulysse, Télémaque, Thémis et Nono, le petit robot, vont devoir affronter bien des dangers avant d’espérer pouvoir rentrer chez eux.
Tout était, dans ce DA, absolument magique. Le côté SF, la mythologie parfaitement revisitée, le vaisseau (particulièrement original et classe) et même les génériques (dont le Ulysse revient, très punchy).




Tout cela va bien évidemment ouvrir la voie, par la suite, à bien d’autres œuvres encore, comme Capitaine Flam, V : Les VisiteursJayce et les Conquérants de la Lumière ou encore Galaxy Express 999
Bien souvent, l’on évoque à raison le sentiment nostalgique que ces histoires suscitent chez les quarantenaires ou cinquantenaires. L’on pourrait penser qu’elles ont vieilli, que bien des éléments, comme l’animation, sont dépassés. Mais ce serait oublier que l’important dans un récit, c’est la manière de le conter. Ces œuvres, pour certaines en tout cas, demeurent vivaces dans l’esprit de bien des adultes pour de très bonnes raisons. Notamment parce que ce qu’elles proposaient au jeune public était loin d’être niais ou simpliste. Ces séries abordèrent notamment, avec une certaine audace, la menace que fait (toujours) peser l’humanité sur sa propre (et seule !) planète ; le totalitarisme soft, à base de divertissements abrutissants ; la manipulation et même la mondialisation et ses effets néfastes. La forme fut soignée également, avec des musiques dont certaines sont devenues mythiques et sont dignes des plus grandes bandes originales jamais composées. Et puis… il y avait, perdu dans la noirceur, cet espoir mince mais solide. 
C’était le temps de l’héroïsme, du courage, de l’abnégation. C’était le temps des héros faits de ce bois solide qui ne plie ni ne casse au moindre coup de vent. C’était le temps où les robots pouvaient être aussi drôles et gourmands. Le temps où l’Homme se rêvait si grand, si noble, qu’il en défiait même les dieux lorsqu’il les jugeait injustes. C’était le temps où l’avenir était au fin fond de l’espace et l’espoir à la surface de nos cœurs.
Le temps où les étoiles fascinaient et promettaient de tragiques mais fabuleuses aventures...

Nos petits yeux de gamins ont vu Dantos être tué par Minos. Ils ont assisté à la fin du Cyclope et à la vengeance de Poséidon. Nous avons vu la très sexy Diana dévorer un rat. Nous avons vu l'Atlantis affronter la Grande Armada. Nous avons tremblé avec des héros d'un autre temps, nous les avons vu pleurer, échouer, puis se relever et vaincre. Nous avons goûté à la terreur venue des profondeurs du cosmos, et nous avons aimé ça. 
Comment ne pas ressentir une douce mélancolie lorsque l'on a assisté, fébrile, à tant de drames et de merveilles ? Voilà qui explique sans doute un peu les vaisseaux et figurines qui ornent nos étagères et nos mémoires. Car si le plaisir de la découverte n'a pas d'égal, le plaisir du souvenir, moins explosif, plus amer, ne peut être dévoré par le temps. Il demeure à jamais intact, dans les limbes des cerveaux enfiévrés et dans le vaste multivers de l'imaginaire. 



Road House - le remake
Par


Comment, à partir d'un malentendu, faire un bon film détesté par Télérama ? (ce qui est toujours un bon signe)

Le malentendu, c'est de prétendre que le Road House original, sorti à la fin des années 80, serait un film "culte". Culte en quoi ? Il a eu un certain succès en salle à sa sortie, c'était un film d'action plutôt sympa, mais vite oublié. Avant la sortie du remake et la campagne de pub l'accompagnant, je n'avais jamais entendu qui que ce soit qualifier le premier opus de "culte". C'est juste un de ces films, très courants à l'époque, où un héros "cool et invincible" met une raclée aux méchants de service, le tout servi avec une bande-son musclée et une jolie nunuche tombant amoureuse du héros. Rien de culte donc là-dedans, juste un honnête divertissement destiné à vider temporairement la tête des rares spectateurs qui ont quelque chose dedans. 

Plus de 30 ans plus tard, voilà donc le remake, que personne ne réclamait, qui sort en grande pompe sur Amazon Prime (si tant est qu'une sortie sur Prime puisse être qualifiée ainsi). Et la surprise est... bonne. Alors que la plupart des critiques sont mitigées voire franchement injustes ("Swaize doit se retourner dans sa tombe" ; "c'est moins drôle que l'original" ; "les personnages perdent en profondeur"...), le long-métrage s'avère non seulement digeste mais amusant.

Revenons un instant sur les critiques prises en exemple. Le Road House original serait "drôle" ? Mais à quel moment ? Le film de 1989, au contraire, se prend très au sérieux. Si on le regarde aujourd'hui avec du recul, en en riant un peu, c'est parce que les codes ne sont plus les mêmes et que bien des choses (le personnage principal en premier lieu) sont exagérées et totalement invraisemblables dans ce film. Mais à la base, c'était juste un film d'action musclé et très premier degré. Avec même un soupçon de philosophie martiale en prime.
Quant à la profondeur des personnages... on avait un héros surhumain, parfait, et quelques personnages secondaires insipides lui servant de faire-valoir. On a déjà vu plus profond, même pour l'époque. 




Ce nouveau Road House n'a donc pas à rougir de la comparaison mais, en plus, il s'avère sur bien des plans plus efficace que le premier. Bon, sauf peut-être sur l'histoire d'amour, réduite au strict minimum avec une actrice transparente qui fait office d'erreur de casting. Mais tout le reste tient la route. Et en premier lieu, Jake Gyllenhaal, affûté physiquement et impeccable dans son rôle de castagneur flegmatique. 
Ensuite, les combats (essentiels tout de même) sont bien fichus. Non pas qu'ils soient réalistes (ce n'est pas le but ici) vu la quantité de coups que les protagonistes se prennent alors qu'un seul suffirait à mettre KO n'importe quel guerrier bien burné, mais tout en étant spectaculaires, ils évitent le côté "je te mets toute une série de gnons, puis c'est à toi", à la Rocky. La distribution de salade de phalanges et de cocktail de panards est ici plus équilibrée lors des gros affrontements contre Knox. 
Enfin, le grand "méchant" de l'histoire justement, incarné par Conor McGregor (un combattant MMA, bien réel et légendaire) est parfait. Non seulement parce que physiquement, il est impressionnant, mais surtout (et on en arrive au point fort du film) parce qu'il est... drôle. 

En effet, Doug Liman (réalisateur de La Mémoire dans la Peau ou, entre autres, Edge of Tomorrow) parvient à donner suffisamment de second degré à la plupart des scènes pour qu'elles soient à la fois efficaces visuellement et drôles. Entre les répliques, plutôt bien écrites, ou la première apparition totalement folle de Knox, le spectateur garde un sourire complice aux lèvres. Le "complice" est important : on ne rit pas du film parce qu'il est mauvais, on rit du second degré et du décalage évident employé par le réalisateur.

Alors au final... on obtient un film honnête, divertissant, qui ne se prend pas au sérieux mais ne prend pas non plus les gens pour des cons, en soignant dialogues, chorégraphies martiales et montage. 
Non seulement le nouveau Dalton ne fait pas honte au premier, mais il s'avère au moins aussi attachant et charismatique. Et sur le long terme, il ne serait pas étonnant qu'il remporte la bataille contre le temps et s'impose dans les esprits comme la référence en termes de... de films de mecs qui se pètent la gueule dans des bars miteux.  

Pas un chef-d'œuvre, mais certainement pas un navet non plus.




+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Gyllenhaal, impressionnant et charismatique.
  • La présence de Conor fucking McGregor !!
  • L'humour, très bien dosé.
  • Ce qu'il faut de spectaculaire.


  • L'héroïne, bien fade en comparaison de la sublime Kelly Lynch.
Collector #17 : La Lincoln Zephyr du Capitaine Haddock
Par


Gros plan sur la Ford Lincoln Zephyr utilisée par Tintin et le Capitaine Haddock dans l'album Les 7 Boules de Cristal.

Cette version à l'échelle 1/24e mesure environ 20 cm de long par 7 cm de large. La boîte transparente, dotée d'un arrière-plan pluvieux, fait, elle, environ 26 cm de long par 12 cm de large.

Le véhicule en métal a belle allure, avec notamment sa carrosserie brillante. Les personnages sont détaillés et bénéficient de visages parfaitement réalisés. Milou, sur la banquette arrière, accompagne bien sûr les deux compères.

Le véhicule est encore trouvable aux alentours de 70 euros. Parfois un peu moins en étant patient et en cherchant bien. 

Un engin qui aura fière allure dans une vitrine !






Église électrique
Par



N’est pas Dick (Philip K.) qui veut.
Enfin, soyons honnêtes : il est difficile de savoir si la volonté de l’auteur était bien, comme l’affiche un peu trop ostensiblement l’éditeur, de faire la nique au père d’Ubik, du Maître du Haut-Château et du Dieu venu du Centaure (également cité dans l’extrait du Library Journal Review qui chapeaute la quatrième de couverture dans l’édition Bragelonne de 2010). Cependant, le moins que l’on puisse dire, c’est que la route est longue et l’écart conséquent.
 
À présent, si on laisse de côté la pesante campagne publicitaire chargée de vanter les mérites d’un auteur alors en devenir, et sans doute très prometteur, on peut jauger de l’intérêt propre du livre. Et là, même s’il ne peut se permettre de lutter dans la catégorie d’un Dick, voire d’un Richard Morgan (quoique ?), Jeff Somers propose une œuvre qui, malgré son manque total d’originalité, apporte son lot non négligeable de rythme, de suspense et d’action dans un décor intéressant.

S’il fallait oser une comparaison, ce serait plutôt avec l’Andrevon du Travail du furet à l’intérieur du poulailler : une ambiance film noir dans un monde post-apocalyptique, en moins politisé et plus frénétique. La même narration désabusée à la première personne, le même regard lucide et désenchanté sur un monde pourri où 95 % du peuple cherche à survivre dans des conditions indécentes tandis que quelques privilégiés semblent intouchables.
 
Chapitre XVII, p. 180, §3 : Avery passe un contrôle d’identité.
S’ils m’avaient observé plus attentivement, ils auraient pu remarquer les mauvaises dents, les cicatrices, l’accent – mais ils n’ont pas fait attention. Si tu avais l’air riche, tu pouvais bien leur tendre une carte d’identité écrite à la main avec des fautes dans ton nom, ils s’en fichaient. Avoir l’air riche, une compétence que se devait d’acquérir tout criminel digne de ce nom – le plus tôt possible dans sa carrière. 
Tentons un résumé. Sur une Terre qui peine à se reconstruire, seules deux catégories de personnes vivent correctement : les flics de la Fédération, invincibles et intransigeants, faisant régner l’ordre par tous les moyens – surtout les plus expéditifs – et les Moines de la nouvelle et mystérieuse Église électrique, aux visages artificiels dépourvus de toute expression, passant leur temps à prêcher. Pour tous les autres, c’est la misère, et la vie dans les rues bondées, entre des immeubles menaçant de s’effondrer, n’est pas de tout repos.


Avery Cates est un "flingueur". Un des meilleurs. La preuve ? Il a 37 ans, et il est encore en vie. Sauf que là, il est dans la merde : traqué par les flics à cause d’un contrat qui a foiré, il a passé les dernières heures à échapper à l’étau qui se resserre de plus en plus. Mais il y a pire car il a pu voir à l’œuvre l’un de ces moines, censés être pacifiques, et la rumeur s’est avérée exacte : pour vous recruter, l’Église électrique doit vous tuer.
Somers nous introduit ainsi dans cet univers aux codes archi-connus (un exemple au hasard : le manga Gunnm) avec la litanie répétée à l’encan par les Moines de l’Église électrique :
 
Laissez-moi vous mettre sur la voie de crépuscules infinis.
Laissez-moi vous sauver.
 
Le problème, c’est que le vif du sujet est davantage une traque (double, puisque le traqueur du début - Avery Cates, le Flingueur narrateur - devient le traqué) qu’une enquête. Et ensuite, on passe aux principes des films de « casse » avec recrutement d’une fine équipe pour une mission impossible (buter le Chef mystérieux de la non moins mystérieuse Église tout en échappant aux flics de la Fédé, pourtant impitoyables et infaillibles, et à ce Moine bizarre qui semble avoir gardé des souvenirs de son passé, et qui, c’était couru d’avance, en veut à mort à Avery). En bref : toutes les puissances se sont liguées contre ce petit criminel qui se satisfaisait juste d’avoir vécu plus longtemps que la majorité de ses concitoyens. 

Notre anti-héros, pour survivre, ne pourra compter, d'abord, que sur son expérience. Sa hargne aussi, celle qui vient des laissés pour compte obligés de survivre au sein d’une plèbe sans foi ni loi. La chance surtout – et même la Providence, incarnée par ce personnage tout-puissant qui le secondera plus d’une fois, tout en le laissant dans le flou le plus complet quant aux objectifs réels de sa mission. Évidemment, Avery se rebiffera souvent, se posant des questions légitimes sur le bien-fondé de ce qu’on lui demande de faire et sur les tenants de toute cette affaire. Il n’en saura (et nous avec, pauvres lecteurs) rien jusqu’à la révélation finale. Bien entendu.
 
Quand tu as tué quelqu’un pour de l’argent, toute ta vision du monde en est bouleversée. Le meurtre est un remède miracle […] Tu comprends que le monde est juste une putain de machine. Tu pousses ici, il se passe quelque chose. Tu tires là, il se passe quelque chose. Et au bout d’un moment, tu prends conscience qu’avec de la pratique, tout devient possible. 
 
Passé donc l’agacement des premières pages contre une publicité abusive et ce terrible sentiment de déjà-lu, on se complaît un poil paresseusement dans le rythme trépidant des tribulations d’Avery, personnage stéréotypé mais sympa, flanqué d’assistants complètement barrés quoique doués dans leur domaine. Le tempo est rapide, à l’image de ces chapitres ultra-courts construits méthodiquement (c’est à dire qu’ils s’achèvent systématiquement par un happening). Les péripéties nombreuses, les méchants très méchants (et coriaces) et la mission de plus en plus difficile se dessinent sous un style brut, efficace, sans fioriture, très proche des polars US qui abondent dans les librairies à l'approche de l'été. En fait, on se régale, comme devant un bon feuilleton des années 80, plein de bruit et de fureur, avec une once de discours vaguement politique qui se permet même des velléités philosophiques.


Reste l’Église électrique. Belle invention tout de même, aux ramifications qu’on sent très vite aussi nombreuses que douteuses. Elle constitue un plus-produit évident dans la structure et le contenu du roman. Oh, ne vous attendez pas à des révélations à la Soleil vert, toutefois l’ensemble de l’intrigue vaut le détour, et les explications s'avèreront plutôt savoureuses. On en sort flanqué d'un sourire de contentement car on s’aperçoit qu’on a passé, finalement, un peu de bon temps avec ces gaillards au caractère bien trempé tout le long d'une course-poursuite haute en couleurs dans une ambiance rappelant furieusement Blade Runner. On en oublierait presque les récriminations des premières pages, avant de déplorer l’absence marquée de présence féminine (à part une otage, la pauvre).

Pas révolutionnaire (quel que soit le sens que vous donnerez à ce terme) mais franchement cool. Du coup, si vous avez accroché, d'autres volumes sur Avery Cates pourraient vous intéresser (cinq romans et une dizaines de nouvelles). L'auteur semble avoir eu du mal à se sortir de cet univers et n'a pas produit grand-chose à côté.

 


+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Un contexte attractif.
  • Des personnages attachants.
  • Un rythme trépidant.


  • Pas à la hauteur des modèles revendiqués.
  • Cela sent parfois le réchauffé, pas grand-chose de neuf à se mettre sous la dent.
Écho #36 : Wehrmacht 46
Par


Gros plan sur Wehrmacht 46 - L'arsenal du Reich.

Et si la Deuxième Guerre mondiale n'avait pas pris fin en 1945 ? Voilà l'hypothèse, souvent rencontrée dans de nombreuses uchronies (cf. par exemple Wunderwaffen ou Le Maître du Haut Château), qui est ici reprise par les éditions caraKtère afin de proposer deux ouvrages techniques extrapolant l'armement que le IIIe Reich aurait pu aligner en 1946.

Le premier tome est consacré à la Heer (infanterie) et à la Panzerwaffe (blindés), le second tome regroupe les éléments de la Luftwaffe (aviation), de la Kriegsmarine (marine), des Waffen SS ainsi que les armes nucléaires. Bien entendu, il ne s'agit pas d'inventer de toutes pièces des avions de chasse ou des fusils d'assaut, mais bien de se baser sur les recherches et les prototypes d'époque pour avoir une projection la plus réaliste possible et dévoiler quelles auraient été les doctrines d'utilisation des différents équipements et véhicules, ainsi que les unités concernées.

Le contenu est particulièrement complet et soigné, avec schémas, photos et dessins de qualité, associés à une mise en page claire et élégante. Chaque tome (160 et 207 pages) présente une couverture souple et un papier glacé du plus bel effet. 
Le prix (39,90 euros pour chaque volume) est en adéquation avec le format (21 x 28,5 cm environ), la qualité générale et la masse de travail nécessaire pour aboutir à un tel résultat.

À conseiller aux passionnés d'Histoire, d'armes, mais aussi aux auteurs cherchant de la documentation, voire même aux amateurs de jeux de rôles. 







Le froncé qu'je jactent
Par


Sortie cette semaine d'un beau livre très attendu : Le froncé qu'je jactent, par Geneviève Coulomb, aux éditions Panini.

Virtuose de la plume, grande amoureuse de la langue française, traductrice décriée pour ses audaces et son goût pour l'expérimentation, Geneviève Coulomb est enfin reconnue pour son immense talent grâce à un ouvrage compilant ses plus belles expressions, issues des collections de comics qu'elle a enchantées. 

Panini ne s'y est pas trompé et propose un bel écrin pour ces textes qui portent haut les couleurs des lettres françaises : grand format, belle reliure en cuir et vernis sélectif pour ce lourd ouvrage de 288 pages, proposé pour la modique somme de 79,00 euros. Le livre revient également sur l'enfance et le passé mouvementé de la traductrice, en conflit dès le collège avec ses professeurs de français et d'anglais qui ne comprenaient pas qu'elle était tout bonnement en avance sur son temps. 

En partenariat avec la boutique Atonal Comics, Panini offre également un beau cadeau aux 100 premiers fans qui vont se ruer sur Le froncé qu'je jactent. En effet, les 100 premiers exemplaires de cette édition limitée seront accompagnés d'un magnifique lot de briquettes Weber afin d'alimenter votre barbecue cet été ! Quoi de mieux que de dévorer un bon livre tout en dégustant une saucisse bien grillée ?

Avec cette ode époustouflante à la littérature, Panini inscrit son nom en lettres d'or au firmament de la Culture avec un grand C... C comme Coulomb bien entendu. À noter que deux autres ouvrages sont en préparation dans la même collection : La grinmaire d'jadis qui approfondira l'aspect technique du style coulombien, ainsi que La ganache fait le zouave à Paname, qui aura un côté plus autobiographique et dévoilera la fabuleuse ascension de Geneviève au sein du monde de l'édition. De beaux moments de lecture en perspective. 


Quelques élégants extraits de l'ouvrage : 

— La môme Mary Jane m'a p't'êt ben tapé dans l'œil, mais si je me monte en mayonnaise pour cette louloute, je pourrais bien morfler la chicousta du siècle !

— Fume, Wolverine ! Si tu continues à plafonner du neutron tu vas t'esbigner avant qu'j'te berlure. 

— Voyons Reed, tu passes tout ton temps au labo, il faudra pas t'étonner si un jour j'ai les soufflets qui s'emmêlent en croisant un gazier reluisant. Ça m'en jetterait un jus qu'il me patafiole.

— C'est décidé, je prends les grands moyens sous le feu des hostilités. Y a toujours façon débrouiller si farfadet est pris des glaces. Je dois yoyoter en étant copain de l'autre.

— J'ai la cancoillotte qui s'débine dans l'arrière-boutique mon quichon. Tu mords la jactance ? 

— Tu pourras m'reluquer les zygomatiques jusqu'à te bécorer le chicoumi, Galactus ! Mais jamais j'te birlanderai la graluche ! 

— Milord ! Si j'avas point m'rimer l'chtouille, ç'ça vache d'valdingue p't'tâte enflumer l'mien bignou.



Trahison sanglante : Sherlock Holmes & le Dossier Dracula
Par


Rassembler Dracula, Van Helsing et Sherlock Holmes : c'est à la fois tentant et jouissif avant qu'on se demande quelle est la part d'opportunisme dans le projet. C'est vrai que ces héros, une fois entrés dans le domaine public, offrent un terrain d'expérimentation tellement vaste et pratique (l'univers est connu du grand public, il suffit d'en suivre les codes) qu'il n'est plus nécessaire d'inventer autant. C'est là que se pose le problème lié à toute adaptation : soit on se contente du minimum (on construit une vague intrigue autour de ces personnages charismatiques et on laisse leur aura s'exprimer), soit on essaie quelque chose d'un peu plus risqué qui pourrait déplaire aux puristes.

De prime abord, le roman de Mark A. Latham donne cette désagréable impression de répondre à cette question qu'on se posait tous quand on était des gamins, avec nos figurines de super-héros : qui est le plus fort entre [insérer ici deux héros qui ne devraient normalement pas se rencontrer] ? En l'occurrence, qui entre le redoutable Van Helsing, pourfendeur de vampires, et le génial Holmes possède le cerveau le plus brillant ? Confronter les écrits de Conan Doyle et ceux de Bram Stoker était forcément tentant, presque autant que faire enquêter le célèbre détective sur le cas de Jack l'Éventreur - ne serait-ce que parce qu'ils abordent des événements contemporains. D'ailleurs, Fred Saberhagen (l'auteur de la série sur les Berserkers), l'avait tenté à deux reprises comme dans l'Affaire Holmes-Dracula en 1978 (voir ci-contre).

Comme l'explique l'auteur anglais dans une postface, si l'on part du principe que les événements décrits dans le roman de Stoker se déroulent en 1893 (de nombreux éléments viennent corroborer ce fait, même si quelques autres sont moins concluants), Holmes pourrait parfaitement s'y intéresser puisqu'il est établi qu'il a repris du service vers 1894, trois ans après sa "mort" dans la nouvelle le Dernier Problème. Latham reprend pour le coup la même structure narrative (c'est donc Watson qui raconte l'histoire à la première personne) afin de nous relater cette étonnante aventure. Peu de temps après les faits présents dans la Maison vide (premier texte du recueil le Retour de Sherlock Holmes), le résident de Baker Street se voit confier un dossier envoyé par son frère, Mycroft : le "Dossier Dracula". Si Mycroft désire son aide c'est que cela doit être un problème fort épineux, et qu'il en va de la sûreté de l'État. 

Ce dossier consiste en un ensemble de notes fondées essentiellement sur les témoignages des survivants de cette affaire qui a troublé la capitale britannique : les circonstances de la mort de plusieurs personnes à Londres apparemment liée aux agissements d'un mystérieux comte roumain dont la traque a été menée par le professeur Van Helsing assisté de quelques acolytes (soit vous avez lu le roman de Stoker, ou vu le film de Coppola, ou encore parcouru le très bel album - voir ci-contre -de Georges Bess auxquels cas les noms de Mina Murray ou R.M. Renfield vous seront familiers ; sinon, vous pouvez faire un tour sur nos sélections consacrées aux vampires et à l'évolution du mythe). Très vite, notre détective s'aperçoit d'incongruités dans la suite des événements rapportés : certains éléments ne collent pas entre eux et il entrevoit aussitôt une machination cachée derrière ce que le grand public a cru. Pour Holmes, résolument cartésien (comme pour l'affaire du Chien des Baskerville, il se montre hautain voire cassant lorsqu'on aborde devant lui le surnaturel), il n'y a jamais eu de vampire, de malédiction ou de sortilèges, mais plus probablement une série d'actes savamment orchestrés visant à jeter de la poudre aux yeux dans le but de dissimuler des agissements nettement moins glorieux qu'une hypothétique chasse au monstre. Dès lors, un duel à distance entre Abraham Van Helsing et le grand détective peut s'enclencher et, si le premier dispose de plusieurs coups d'avance, et nargue constamment notre héros, le lecteur sait que ce dernier dispose toujours d'atouts dans sa manche qu'il ne révèle qu'en temps utile - et dont souvent Watson ne sait rien.

L'intrigue, tortueuse à souhaits, bourrée de personnages secondaires pour lesquels un tableau généalogique ne serait pas de trop, progresse de manière classique par révélations, coups du sort, intervention d'adjuvants et prise de risques. Sans sortir des schémas dévoilés dans le canon holmesien, le détective déploie ici toute sa palette de talents : il les lui faudra pour espérer venir à bout d'un adversaire au moins aussi coriace que Moriarty. Ses remarquables facultés d'observation et de déduction sont largement mises à contribution, toutefois on le verra aussi mêlé à des pugilats (les fans du détective savent qu'il est adepte d'un art martial asiatique et que Guy Ritchie n'a donc que peu exagéré ses aptitudes physiques dans ses deux films - voir ci-dessous) et même défendre chèrement sa vie à coups de revolver. 



Face à lui, les masques tombent et bon nombre de personnages s'avèrent bien différents de ce que le public croyait savoir. Le tout est mené bon train, en dehors d'un ou deux chapitres un peu plus longs dans lesquels Sherlock se lance dans de grands dialogues visant à dévoiler, quoique très progressivement, les éléments de l'enquête qu'il a réussi à recouper. 

Pas de quoi s'ennuyer, d'autant que les réflexions du bon docteur, toujours aussi titillé par son ami - qui le pousse régulièrement à déduire par lui-même - ponctuent certains événements avec un humour bon enfant. On regrettera peut-être quelques accrocs dans la construction et une conclusion sans doute un peu hâtive, mais le roman est une réussite dans ce que les puristes appellent des "pastiches", d'autant que Bragelonne a soigné la présentation de cette collection cyberpunk avec une couverture qui se voit ornée de filigranes dorés dont les motifs sont repris en tête de chapitres, et dont les pages s'avèrent  dotées d'une tranche tout aussi dorée, ce qui fait de ce volume un bel objet à glisser dans une bibliothèque. 

Pour le coup, attendez-vous bientôt sur UMAC à une chronique sur les romans de Lovegrove issus de cette même collection avec Holmes se frottant au mythe de Cthulhu... Sinon vous pouvez également voir ce que donnent les adaptations en bande dessinée ou en manga des aventures du plus célèbre des détectives.


+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Une idée de départ aussi audacieuse qu'intrigante.
  • Un traitement qui respecte autant que possible les personnages et leur univers.
  • Une histoire pleine de rebondissements, une véritable enquête ponctuée de fausses pistes.
  • Une période pleine de charmes et de mystères.
  • Un livre issu d'une collection au look splendide, un beau travail éditorial.


  • Des chapitres qui se perdent parfois dans des dialogues interminables.
  • Un mythe s'effondre : c'est osé et risqué.
Streets of Glory
Par


Même mineur, un Garth Ennis n'est jamais anodin. Ce n'est pas pour rien qu'il est un des scénaristes de comics les plus commentés sur UMAC, et les plus appréciés. Si son goût pour la violence brute rappelle parfois Frank Miller, il a également un côté provocateur à la Mark Millar, mais qui repose sur des bases solides, des thèmes savamment mis en scène et une histoire consciencieusement construite. Pour ces raisons-là, il est un peu le pendant du neuvième Art d'un Philip José Farmer, aimant explorer les dessous occultes des histoires séculaires. Et le voilà qui s'essaie au western ! Comment ne pas succomber lorsque l'album passe à portée de bras...? Certes, on avait pu déjà voir son aisance avec le genre dans Just a pilgrim, mais il s'agissait d'une série post-apocalyptique. Sous-titré en français (dans la collection "100% Fusion Comics" de chez Panini, édition 2012) la Dernière Bataille, il regroupe les 6 épisodes de la mini-série entièrement dessinée par Mike Wolfer pour Avatar Press. Aïe ! Là c'est moins reluisant car, si cet artiste a déjà illustré les plus grands (de Warren Ellis à Alan Moore), son graphisme produit des personnages généralement laids aux visages grossiers. Cela dit, il est plutôt efficace dans les scènes d'action et se révèle assez démonstratif au niveau du gore (comme on peut le constater dans Gravel ou Stitched). Qu'est-ce que cela va donner dans la représentation du Far West ?

Eh bien, le moins que l'on puisse dire, c'est que les dessins de Wolfer, selon qu'on les apprécie d'emblée ou pas, permettront de rentrer plus ou moins aisément dans l'histoire. Le prologue d'une page (un vieil homme assis dans un diner se met à raconter son passé à la serveuse) n'est pas encourageant, pas plus que les premières pages se déroulant dans les hautes plaines où Pete et son frère sont en vadrouille. Mais voilà que leur pique-nique vespéral est interrompu par une bande d'outlaws sans scrupules. Le jeune Pete, tétanisé, aurait pu, aurait dû y laisser sa peau avec celle de son frangin sans l'intervention providentielle de Joe Dunn, vétéran de la Guerre de Sécession. Là, d'un coup, la lecture s'accélère, les cases se teintent de sang, les coups de feu claquent et les cadavres jonchent la prairie. C'est donc en compagnie d'un homme dont la lourde et funeste réputation le précède que Pete va faire son entrée à Gladback, une bourgade jusque là tranquille. Dunn n'est pas là par hasard : s'il retrouve quelques vieilles connaissances, il y a aussi Shelley, une femme avec qui, il y a longtemps, il avait eu une relation... Son arrivée coïncide malheureusement avec celle d'un riche magnat de l'industrie du rail et le retour du pire ennemi de Dunn, un Indien féroce et cannibale nommé Red Crow...


Si certaines des thématiques abordées par Garth Ennis, notamment dans la seconde partie du récit, rappellent des films comme Pale Rider, on y sent également l'influence d'œuvres comme Impitoyable ou la Prisonnière du désert, ainsi que des similitudes avec le travail de David Gemmel sur le personnage de Druss, le vieux guerrier (rédemption, honneur, sacrifice, héroïsme et transmission, vous voyez le topo). On s'aperçoit aussi que, après les réticences du début, pendant lequel chaque case arrachait une grimace devant des profils simplistes ou des faciès grotesques (on a parfois l'impression que les personnages portent des masques de carnaval), on se laisse facilement porté par le déroulé du récit avec ce héros du passé, hanté par les remords, marqué par la vie, à la parole rare mais au geste encore vif, surtout lorsqu'il s'agit de dégainer. C'est l'un de ces cow-boys coriaces, machos au grand cœur, qui parsèment les westerns de papy, durs au mal mais cachant au fond d'eux une tendresse imprévue, systématiquement voilée par la brutalité de la guerre et l'intolérance des hommes. Le jeune Pete, avec sa fraîcheur et son innocence, sera marqué à jamais par les événements qui ont ponctué son arrivée à Gladback et par les exploits de ce vétéran, souvent décrié, mais dur à cuire, et qui lui sauvera la couenne plus d'une fois. En bon Candide pied-tendre, il assistera au dernier round de l'ancien soldat devenu chasseur de primes face à qui se dresseront un démon assoiffé de sang et un être plus vil encore, bien que plus discret. C'est lui qui raconte l'histoire d'ailleurs, et on pourrait presque entendre sa voix off dans certaines scènes.
On glorifie tous notre passé et nos amours car nos souvenirs sont parfois trop durs à supporter.

Riche en péripéties et en hémoglobine (Garth Ennis s'y entend pour décrire les actes de cruauté les plus barbares), l'album s'avère plaisant et divertissant et trouve même le moyen, un peu malicieux et inattendu, de s'achever sur un coucher de soleil.


+ Les points positifs - Les points négatifs
  • Garth Ennis.
  • L'Ouest sauvage.
  • Un vieux héros à la peau dure face à sa Némésis.


  • Mike Wolfer.
Gontran Venture #1 : Le Sarcophage de Glace
Par


Hey les matous, ça ronronne dans les chaumières ?

Je vais vous présenter aujourd’hui un projet un peu… étrange, qui est à la fois très couillon, jubilatoire et clairement sans limites.

Cette idée a été inspirée par quelques souvenirs d’enfance, un passage au rayon playmobil d’une grande surface et l’ambiance rétro des vieux pulp d’aventure.  
Le tout a donné… Gontran Venture, le roi de l’aventure !

Alors, le concept, c’est que ce brave Gontran devienne le playmobil ayant vécu le plus de péripéties au monde. Des exploits à la fois très réalistes (saut en parachute, vol en planeur, des éléments qui font partie du monde Playmobil), mais aussi très… décalés ou parodiques (faire du surf dans une machine à laver, passer tout un trajet attaché aux essuie-glaces d’un véhicule, se retrouver dans un sarcophage de glace, se faire tirer dessus à la carabine à plomb, descendre un véritable toboggan à taille humaine sur un quad Playmobil, etc.).

Filmer tout cela serait complexe, aussi a-t-il été décidé de prendre quelques photos de chaque exploit, important ou anecdotique (vous verrez que le coach de Gontran n’est jamais à court d’idées étranges).

Nous vous invitons donc à suivre dorénavant les aventures de Gontran, le plus petit Mosellan mais le plus grand des aventuriers !

Et pour débuter : Gontran Venture #1 – Le Sarcophage de Glace

Gontran Venture s'était levé avec une sévère gueule de bois, des trous de mémoire concernant sa soirée de la veille et des traces de rouge à lèvres sur le caleçon qui pouvaient laisser envisager que lesdits trous de mémoire étaient regrettables. Il but un café noir pour chasser d'éventuelles idées de la même teinte puis se mit en devoir de prendre une longue douche brûlante. Il s'habilla ensuite, cherchant encore à se souvenir avec qui il avait pu passer la nuit. Il tapota son chapeau sur sa jambe, l'enfonça sur ses cheveux blonds encore humides, puis... fut saisi par d'étranges tentacules beiges ! Gontran hurla de terreur et tenta de combattre le monstre qui venait de faire irruption dans sa petite maison Playmobil aux couleurs criardes, achetée à crédit. Peine perdue. Gontran fut entraîné vers un énorme container en plastique, rempli d'eau. Les tentacules le plongèrent dans le réservoir. Gontran se mit alors à flotter. Les mêmes tentacules revinrent le manipuler, faisant sortir de son chapeau et de son arrière-train les quelques bulles d'air qui le maintenaient à la surface. Gontran, horrifié, coula alors, ne parvenant à garder en dehors de l'eau que le bord de son chapeau. Puis, le container fut scellé et placé dans un endroit sombre et froid. Gontran tenta d'appeler à l'aide.
— Hé... je... au secours ! J'ai le plastique qui gèle là ! Ohoooh ! Venez m'aider, quelqu'un ! Si c'est à cause d'hier soir, je suis désolé, je ne savais pas qu'elle était mariée... 
La température baissa encore, plongeant Gontran dans un état semi-léthargique. Ce n'est qu'après de longues heures d'angoisse et de frissons que Gontran fut ramené à la lumière du jour. Des géants se tenaient auprès de lui, un hideux sourire aux lèvres. Ils lui annoncèrent alors :
— Bravo Gontran ! Tu t'en es super bien tiré. À Partir de maintenant, tu vas être le plus grand aventurier de Moselle. Et du monde Playmobil.
Gontran, qui n'était pas très futé, pensa que le succès et la gloire venaient enfin de frapper à sa porte. Il se mit à sourire en décongelant lentement, prêt à assumer cette nouvelle vie de héros ainsi que le pognon et les filles qui allaient avec.







Bonus : la fiche de personnage de Gontran !